Un peu de moi – 7 janvier – Jamais je n’oublierai

Je suis tombé par hasard sur l’homme et l’âme de Vianney, et, en sortant eu boulot la musique dans les écouteurs, j’ai écouté plus attentivement les paroles et j’ai tout à coup repensé aux attentats du 7 janvier 2015.

« Il s’appelaient Maxime, Jessica, Martine, pauvres âmes »

On est le 5 janvier, et j’avais oublié

L’horreur est remontée d’un seul coup. Bien sûr, je ne l’ai pas vécu, je n’y étais pas, mais j’ai suivi les événements sur mon téléphone, comme la plupart des gens. Je me souviens encore. On logeait dans un hôtel en centre-ville, et ce jour-là, j’étais sur Twitter. J’ai lu sans trop comprendre ce qu’il se passait, puis je me suis assise, et j’ai longtemps pleuré. Je revois la chambre d’hôtel à cet instant précis, la lumière, je sens encore les odeurs de cette journée. Je me souviens de la soirée, à relire le nombre de victimes, à suivre la course-poursuite et ce qui s’en est suivi.

 Cap d'agde vacances

« L’âme a mis les voiles »

Aujourd’hui, depuis janvier, novembre, juillet, et tous les autres dans le monde, je vis avec la crainte. Je ne vais plus dans un lieu public sans me poser de questions, je ne vais plus à un concert sans repérer les issues de secours, je ne vais plus boire un verre en terrasse avec la même confiance qu’avant. Je ne dirai pas que j’ai peur, parce que je ne veux pas m’arrêter de vivre pour cela, pour moi, et pour ces gens partis trop tôt qui rêverait d’être à ma place. Mais ma vie a changé depuis ce 7 janvier 2015.


Ils s’appelaient Elsa, Bernard, Mustapha, Franck, Charb, Cabu… Ils sont devenus Charlie.

Laisser un commentaire

  • Je n’ai pas vraiment de mot pour réagir à ton article, je n’ai plus les mots pour réagir à tout ça…
    Je sais qu’il est dur de vivre sans avoir peur, mais tout ce que je peux te dire c’est qu’il faut vivre sa vie à fond.
    Faire que chaque jour compte <3
    Des bisous
    À très vite,
    Laura

    • Et en plus maintenant tu vas vivre à Paris je vais m’inquiéter moi ! <3 Non sans rire, je suis d'accord avec toi, il faut vivre à fond, comme si demain n'existait pas. Et quand on a compris ça, on est heureux.

      Merci de ton passage par ici <3

  • Un article court, mais très touchant.. Je ne connaissais pas cette musique de Vianney, j’en ai les larmes aux yeux.
    Depuis le 7 janvier, j’ai appris à vivre pleinement, même si la crainte persiste depuis ce jour..
    Plein de bisous ma belle Vanessa ♥