Un peu de moi – J’aime l’automne

J’aime l’automne. Oui, je suis faible, j’avoue, je me laisse tenter facilement, trop facilement, mais que voulez-vous. J’aime l’automne. J’aime le mois d’octobre. J’aime ce froid qui vient doucement s’insinuer sous ma veste, j’aime le soleil qui lutte face à la pluie, j’aime les arc-en-ciel. En automne, on ne sait plus à quelle heure le soleil se lève ni se couche. J’aime la nuit.
J’aime l’automne et ces couleurs si chaudes. Du rouge, du jaune. Ces feuilles mortes qui tapissent le bitume. Et ces arbres, qui se dénudent en douceur. « Déshabillez-moi, mais pas trop vite ». J’aime tout ce que l’automne m’inspire. On met au placard le sentiment de culpabilité, lorsque dès que l’occasion se présente, on se faufile sous un plaid tout doux. Et puis on boit des thés, toujours plus de thé.

 

Et j’aime Nancy aussi.

 

Je me souviens de ce premier automne passé dans cette ville, il y a des années de cela. Je me souviens de ces soirées de pluies, de ces premières neiges. Je me souviens comme si c’était hier. Le froid de la fenêtre lorsque je m’approchais trop près pour regarder les lumières de la ville. J’aime les rues de cette ville qui se figent et se protègent avant la tempête. J’aime ces gens cachés sous leurs écharpes et leurs manteaux, j’aime me dire qu’ils ressentent le même froid que moi. Je me souviens de cette chanson, de cet article, dans une autre vie, Ivre d’elle.
J’aime l’automne, car c’est le temps de la gourmandise. Celle qui réchauffe, celle qui unit. Les marrons, les citrouilles, les figues, le fromage de chèvre, le miel et les soupes de légumes en tous genre. Parce que vient le temps des Starbucks délicieux, des chocolats chauds supplément marshmallow. En automne, je suis gourmande, plus que d’habitude.
Et quand les journées d’automne se terminent, dans le noir, dans le froid, j’aime d’autan plus me blottir contre mon amoureux, sous cette couette-édredon, qui ne laisse pas passer un seul filet d’air.

Laisser un commentaire